dimanche 2 août 2015

Vikings en Pologne - un point de vue officiel

Alors que les festivals et les spectacles animés qui reconstruisent l'époque médiévale et l'âge des Vikings, comme celui de Wolin en Poméranie, attirent aujourd’hui en Pologne aussi de plus en plus l'intérêt public, il y a eu et il y a toujours un désintéressement frappant des chercheurs polonais à l’égard de la question de l'impact des Vikings sur la Pologne au Haut Moyen Âge, qui n’a jamais été scientifiquement résolu. 

Ceux qui à nos jours osent regarder de plus près à l'histoire de la Pologne et de son patrimoine matériel de l'âge Viking ne pourraient plus accepter plus la position officielle des historiens polonais d'après laquelle il n'y a pas eu d’époque viking en Pologne.

Malgré l'importance du matériel archéologique découvert en Pologne dans les dernières décennies, les historiens défendent sans relâche la théorie de la création de l'État polonais au Xe siècle par une intervention autonome purement slave. De cette façon, ils continuent à essayer de défendre le concept de la naissance de la Pologne basé sur une légende et d’aller contre l'évidence archéologique.

Grâce à la prolifération et à la démocratisation de la connaissance qui a été mise en place par l'Internet à la portée de tout le monde, de nos jours tout être humain d'esprit ouvert qui est prêt de s'instruire de sa propre initiative, n’est plus complètement dépendant de la probité scientifique douteuse ou la bonne volonté de certains professionnels pour recueillir et révéler les faits qui ne sont pas nécessairement en accord avec le discours dominant.

Voilà pourquoi je voudrais proposer une série d'articles sous la rubrique «Vikings en Pologne" traitant du sujet qui a toujours été ignoré, éludé ou simplement rendu nul et non avenu par le courant dominant de l'historiographie polonaise.

Voici la carte de l'Europe de l'époque viking (IXe-XIe siècles) décrivant les principales orientations de la pénétration Viking et leurs principales concentrations du peuplement, dont les territoires polonais de Poméranie inclus dans un cercle (source: Vikings, Wikipedia).


On peut comprendre la position des intellectuels polonais du XIXème siècle qui, dans leur effort pour faire retourner la Pologne sur la carte de l'Europe, ont cherché à décrire les aspects les plus brillants de l'histoire de l'État polonais plutôt que d'avoir une vue scientifiquement équilibré. On peut aussi reconnaître des compromis scientifiques des historiens polonais dans leur position d'auto-défense contre l'idéologie nazie d'avant-guerre qui cherchait à anéantir les peuples slaves. 

On ne peut pas, cependant, de comprendre et être d'accord avec certains des historiens d'aujourd'hui en Pologne qui sacrifient les principes scientifiques et de l'intégrité professionnelle sur l'autel de la naissance légendaire de la Pologne. Le «sanctuaire» qui servait autrefois à des fins politiques vitales en temps de l'existence de la Pologne perdue ou menacée, en Pologne d'aujourd'hui qui profite de la démocratie et de la croissance paisible au sein de la communauté européenne, est seulement un assemblage de théories pétrifiées aux racines qui atteignent des récits légendaires du XIIème siècle recueillis ou fabriqués par un certain Gallus Anonymus

Tous les efforts des chercheurs à jeter une nouvelle lumière sur les premiers siècles de la période médiévale en Pologne, qui restent toujours idéologiquement sensibles, provoquent une réaction cinglante des plus grandes autorités de l'histoire qui sont les dépositaires et les gardiens du "sanctuaire" fossilisé. Quand un nouveau, frais idée, théorie ou point de vue sur le sujet Viking apparaît en public les gardiens ou leurs assistants ardents, qui se préoccupent de leur carrière universitaire, annoncent précipitamment: "la question a déjà été longtemps soigneusement examinée et correctement interprétée par" ... et ici suit la liste des publications admises à l'autel de l'historiographie officielle polonaise. 

Passons ici sur les préjugés, distorsions et autres considérations non scientifiques qui restent derrière le récit officiel de l'absence d'un composant normand dans la fondation de l'Etat polonais. Parlons de l’approche scientifique aux faits historiques et aux preuves archéologiques disponibles au grand public. 

Poursuivant l'esprit de recherche et de scepticisme qui est indispensable dans la méthode scientifique, nous ne serons pas prêts d’accepter "les vérités établies il y a déjà longtemps", et nous ne serons pas intimidés et découragés par les imputations possibles des motifs anti-polonais, anti-Etat ou anti-slaves. Bien au contraire, nous devrions chercher la vérité pour le bien de notre meilleure compréhension de nous-mêmes, pour mieux comprendre les autres et pour mieux s'adapter aux défis du monde contemporain.